mercredi 29 janvier 2014

Infos numériques sur le tour...

Voici quelques chiffres relatifs à ce tour pour ceux qui aiment ça !

Distance totale ..............................................................4255 Kms
Vitesse moyenne ...........................................................22.41 Km/h
Vitesse maxi .................................................................75.83 Km/h
Temps de pédalage .......................................................190 h
Durée totale ..................................................................51 jours
Jours de repos...............................................................14 jours
Jours de route................................................................37 jours
Durée moyenne pédalage / jour .................................... 5h par jour
Distance moyenne parcourue / jour de route ..................115 kms

Jours de pluie sur la route.............................................. 0
Crevaisons.................................................................... 2


Distance parcourue au Poprtugal....................................280 Kms
Distance parcourue en Espagne......................................400 Kms
Distance parcourue au Maroc........................................2470 Kms
Distance parcourue en Mauritanie..................................800 Kms
Distance parcourue au Sénégal......................................305 Kms

Voilà donc une grande traversée qui se termine

Quelques vidéos

Voici quelques vidéos que je n'ai pas mises dans les articles sur la fin du voyage.
Elles sont un peu dans le désordre mais elles donnent une vue différente de ce que j'ai pu voir et traverser cette dernière semaine.

video
Sable sur la route .... à  35 km/h!

video
A l'entrée du parc National du Diawling

video
Sur les pistes du parc

mardi 28 janvier 2014

Dakar !

Oui j'ai pris pas mal de retourd dans l'alimentation du blog, faute de pause et d'accès internet !
Donc comme le dit le titre, je viens de toucher au but cette après midi à 14h après deux dernières étapes totalisant 270 kms par 38° à l'ombre. Même dans le Sahara je n'ai jamais eu aussi chaud!

Forêt de Baobabs

Mais le plus dur aura été les 30 derniers kilomètres, pour franchir la banlieue de Dakar, une vraie folie automobile. Un mélange de camions et de voitures dégageant des nuages de gaz, noir, bleu et asphyxiant! Je ne parle même pas de la dangerosité du trafic avec des minibus faisant sans cesse des queues de poisson et pilant net devant.
J'ai bien failli m'en prendre un!


Cette journée aura aussi été celle de ma deuxième crevaison de ce tout, comme pour ne pas me faire regretter d'avoir trimballer ma boite de rustines sur 4300 kms pour rien !!
Désormais, c'est repos à Dakar, une bonne bière fraiche attendue depuis longtemps et recherche d'un billet retour.

Fin Mauritanie

Et voici le dernier post consacré à la Mauritanie.
video 
Cette vidéo montre la sortie de Nouakchott avec la route pleine de trous et les camions de gravier, denrée chère ici car il faut le cribler dans le désert, alors que le sable lui ne coute rien bien entendu!


video

En fait, je suis parti de Nouakchott avec un autre cycliste venant de France et avons bien roulé, malgré une route en mauvais état et pas mal de sable volant un peu partout.
La sortie de la ville a été un peu chaotique à cause de toute cette poussière d'ailleurs et un trafic très dense.

Cadeau du boucher local !!
Notre logis pour la nuit

Le soir, ne trouvant pas d'auberge ne cherchant pas à nous paire payer un prix de fou (prix de blanc), nous avons trouvé un petit resto local dans lequel nous avons demandé à pouvoir dormir par terre, ce qui a été accepté. Du coup, à peine posé, nous avons retrouvé un autre cycliste qui en voyant nos vélos, c'est arrêté et joins à nous. Du coup on a passé une soirée formidable avec les locaux jusqu'à 1h du matin. Le réveil à 6h le lendemain matin à été un peu rude pour pédaler!
Mais à trois c'était sympa de rouler, bien que beaucoup plus tranquille aussi !

Chèvre grillée et thé au bord de la route
 
A mi chemin, nous nous sommes séparés pour partir à deux vers la frontière Sénégalaise au niveau du barrage de Diama et le parc national. Au début, 20 kms de goudron tout neuf, puis la piste, avec du sable au début, puis plus roulante sur le reste.
La nuit suivante on l'a passée sous tente près d'un poste de gendarmerie
en plein milieu de rien, au bord du fleuve Sénégal et des marécages de l'autre coté. Inutile de préciser les nuées de moustiques!!!! Merci la tente.

 
Et puis le dernier jour Mauritanien aura été à travers un super parc national plein d'eau et de végétation avec des animaux partout. Le changement entre le désert et  la verdure est brutal dans le sud de la Mauritanie, rien à voir avec le changement progressif et interminable du Maroc.
Je mets quelques photos du parc:







Et puis arrivé au bout du parc, c'est la fin de la piste et de la poussière, le pont sur le fleuve, et l'arrivée au Sénégal!

L'arrivée à la frontière Mauritanienne

Première borne pour Dakar
Les routes super sont de retour


jeudi 23 janvier 2014

Reprise de la route

Et voici enfin un nouveau visa en poche !
Demain matin sera donc la reprise de la route entre Nouakchott et une petite piste sur la droite à 150 Kms d'ici, afin de rejoindre le Parc National du Diawling. Ce parc national est réputé pour être plein d'animaux comme des phacochères, des singes, des cormorans et plein d'autres...

Ca fera du bien de se retrouver à nouveau sur la route et en mouvement après trois jours inactifs ou presque.
Les prochaines nouvelles devraient donc être de Saint Louis, une fois que je serais passé au Sénégal après la traversée du fleuve.
A bientot

mercredi 22 janvier 2014

visa Sénégalais

Pays/territoire : Mauritanie
Ca y est, j'ai enfin fini le parcours du combattant pour regrouper tous les papiers et formalités nécessaires pour pouvoir déposer ma demande de visa sénégalais demain matin. Ca vraiment été une sacrée galère.
Mais bon, si tout se passe bien, demain matin c'est dépôt du dossier, et demain en fin de journée j'ai une nouvelle image dans mon passeport...
Le gars de Cognin que j'ai rencontré ici a eu les mêmes soucis que moi et il y a des chances pour que l'on parte ensemble pour un bout de route vendredi matin. Par la route, le fleuve Sénégal est à un peu plus de 200 kms, mais sur des conseils locaux, je vais obliquer un peu à l'est 50 kms avant la ville de Rosso pour prendre une piste qui va me faire passer à travers u parc national riche en faune sauvage. Cette même piste longe également le fleuve Sénégal sur une bonne partie avant de passer sur le barrage de Diama quelques kilomètres avant la ville de St Louis.
Ceci me permettra de passer dans des coins un peu plus sauvages et naturels, tout en évitant le grand axe et surtout un poste frontière pourri par les bakchich et le racket. Bien qu'en vélo je ne l'ai pas subi du tout contrairement aux gens en véhicules.

Saint louis sera aussi l'occasion de visiter un gars rencontré sur la route qui m'y a invité.

Sinon quoi dire sur Nouakchott, si ce n'est que c'est vraiment l'Afrique noir cette fois. Que les voitures délabrées sont autant d'objets volant non identifiés sur les routes, qui filent dans tous les sens sans se soucier le moins du monde des piétons et autres pauvres cyclistes. Ici il faut avoir tous les yeux bien ouverts en permanence et même plus si possible!
Comme au Burkina Faso, il faut réapprendre à ne  surtout pas s'arrêter quand le feu passe au rouge...... sinon on se fait tamponner par l'arrière à tous les coups, et je ne rigole pas du tout. Ici personne ne s'arrête au feu rouge, et changer cette habitude de flot incessant de voitures qui se croisent et s'évitent, c'est s'exposer à de graves accidents assurés!
Ca fait bizarre au début de s'engager au rouge dans un carrefour bondé avec le flot de voiture qui nous suit, mais c'est comme ça et malgré tout, je n'ai pas encore vu le moindre accrochage!

mardi 21 janvier 2014

Nouakchott

Après des formalités de visa et un retour à la frontière pour extension de ce dernier, j'ai repris la route pour deux jours de folie désertique !!!
Une fois à la frontière, un peu d'attente comme d'habitude, du calme et je suis reparti avec un nouveau visa pour prendre la route. Après 55 petits kilomètres de route le vent de coté, je suis arrivé dans dans une petite auberge ensablée (à tous niveaux) dans le village de Bou Lanouar. Quand je dis ensablée à tous niveau, c'est que les tenanciers ont passé le balai sur le lit ! La douche ne s'écoulait plus, pleine de sable et je parle pas du reste...

Le lendemain, reparti de bonne heure, je me suis arrêté après 175 kms en arrivant au musée du parc du Banc d'Arguin. Là, après une visite très intéressante sur un milieu surprenant, on m'a proposé de planter la tente dans le sable derrière le musée, ce que j'ai fait avec plaisir. Le soir, une fois la nuit tombée et avant le levé de lune, j'ai pu admirer un ciel hallucinant, rempli d'étoiles comme on n'en voit que dans les coins comme ici.

Et hier, c'est la plus grosse journée que j'ai jamais faite en vélo, même sans sacs, avec 235 kms parcourus. C'était pas prévu du tout car j'avais commencé à chercher des coins pour dormir à partir du 110e kilomètre, mais ne trouvant rien ou alors à des prix complètement débiles, j'ai continué un peu plus à chaque fois, jusqu'au moment ou j'ai vu la borne "Nouakchott 50 kms". A ce moment là, je n'ai pensé plus qu'à une chose, un lit et surtout une douche !!!!
Là je ne pouvais plus arrêter de pédaler jusqu'à ce que je sois arrivé.
Mais sinon la route s'est super bien passée, traversant des espaces plat immenses, des dunes, des espaces plus arborés avec des acacias, ou encore des petites collines rouges orangées recouvertes de touffes d'herbe sèche.
Je n'aurais jamais vu autant de troupeaux de dromadaires non plus, il y en avait partout!
Beaucoup moins marrant, j'ai aussi repris contact avec les "enfants mouche", ces hordes de gamins dans les villages qui nous harcèlent avec le fameux "donnes moi cadeau"!! Ils s’agrippent à tout, les mains se baladent dans tous les sens et quand j'ai voulu repartir, ils se sont mis à agripper aux sacoches, alors là c'était trop!
En tous cas ça fait du bien de se reposer dans une auberge à Nouakchott, même si j'ai pas mal de soucis pour retirer des sous et organiser mon visa pour le Sénégal... Mais espérons qu'une solution se trouve rapidement.
Sinon, comme on dit toujours le monde est petit... eh bien en arrivant ici à Nouakchott, je viens de tomber sur un gars en vélo (retraité) qui vient de Cognin !

video